Puissant Marc
Accueil du site JMO JMO du 125e R.I. 2 septembre 1914 (Mercredi)
2 septembre 1914 (Mercredi)

1h. Le 3e Bataillon reçoit l’ordre de se porter en cantonnement bivouac à la sortie N.E. de Réméréville. il est remplacé dans les bois d’Hoéville par le 3e Bataillon du 114e.
7h. Violente canonnade ennemie.
8h30. Les obus ennemis tombent sur les abords immédiats de Réméréville. Pas de dégâts.
17h. A des tirs d’artillerie ennemie. Il semble que cette artillerie projette de bombarder le village. Aussi l’ordre verbal est-il donné par le Général de Brigade d’évacuer Réméréville et de se reporter sur la route de Cercueil à hauteur de la Forêt Saint-Paul.
19h15. Les obus ennemis tombent sur Réméréville et sur l’ambulance de la Croix-Rouge ou le TC est rassemblé prêt à partir.
Pendant ce temps, le Colonel commandant les 3 Bataillons du bois de la Sainte-Libaire reçoit l’ordre de se retirer avec tout l’effectif à Réméréville. La raison de cette retraite n’est pas donnée mais en arrivant au village, on apprend que le Régiment doit aller s’embarquer dans la nuit à Nancy.
Cette retraite qui semblait avoir été prévue par les Allemands provoque de leur part un tir de barrage d’artillerie extrêmement violent. Les 3 Bataillons ainsi que les éléments de cavalerie et du Génie réussirent néanmoins à passer sans pertes.
Arrivée à Réméréville vers 8h du soir où les ordres sont donnés au colonel du 125e de rassembler son régiment pour la mise en route sur Nancy.
À ce moment il est 21 h, une violente fusillade se fait entendre sur la gauche, c’est-à-dire devant le front du 2e Bataillon du 125e resté encore dans la tranchée et la lisière du bois d’Hoéville tenue par le 3e Bataillon du 114e. À cet instant précis le Commandant du 2e Bataillon reçoit l’ordre de se retirer coûte que coûte et de rallier le Régiment et de céder ses positions au 360e qui venait d’arriver à Réméréville. Les renseignements font en même temps connaître que la fusillade est provoquée par une forte contre-attaque ennemie. La situation du 2e Bataillon qui reçoit le gros de l’attaque était la suivante : Il occupait les tranchées construites à la cote 296 sur une longueur d’environ 1000 mètres face à la cote 328, se reliant par sa gauche au 32e qui faisait face au bois de Faulx avec une de ses sections, ayant sa gauche au carrefour des chemins près de la naissance du ravin qui travers elle bois du Sud au Nord. Une autre section se trouvait en poste avancé à 300 m en avant vers la cote 328, à 400 m de cette cote face aux tranchées ennemies établis en ce point.
Les autres sections étaient échelonnées dans des tranchées vers la droite.
Ces sections se reliaient elles-mêmes avec 2 sections de la 5e Compagnie un peu en retrait des précédentes et des fractions de la 8e Compagnie prolongeaient la ligne générale ainsi constituée établissant la liaison avec 1 Bataillon du 144e qui tenait la corne Nord du bois d’Hoéville, un peu en arrière.
Vers 9h du soir alors que la lune éclairait complètement le terrain en avant de ces divers éléments tandis qu’eux-mêmes restaient dans l’ombre, quelques silhouettes de fantassins ennemis parurent sur la crête se dirigeant vers le bois d’Hoéville suivis bientôt de groupes de plus en plus nombreux. 2 sections de la 8e Compagnie commencèrent aussitôt à ouvrir sur eux un feu des plus vifs qui s’étendit rapidement à toute la ligne et au bois d’Hoéville et fut prolongé avec des alternatives d’accalmie et d’intensité jusque vers minuit, heure à laquelle il cessa presque complètement. Ce n’est qu’à ce moment que le 2e Bataillon put exécuter d’ordre reçu, il se reportait en arrière après avoir été remplacé dans ses tranchées par des fractions du 360e.
Le nombre moyen de cartouches tirées par chaque homme dans certaines sections avait été de 140.
Le 2e Bataillon n’eut dans cette affaire qu’un officier et 2 hommes blessés ainsi qu’un disparu.
Les renseignements fournis le lendemain sur les résultats de l’attaque allemande faisaient connaître que près de 800 cadavres ennemis étaient restés sur le terrain.
Les Allemands ne purent entrer dans le bois ni s’emparer des tranchées de la cote 296.

Géolocalisation

« Journée précédente

1er septembre 1914 (Mardi)

Journée suivante »

3 septembre 1914 (Jeudi)




modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

N'hésitez pas à laisser un commentaire !
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Accès rapide

1914

août

5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 |

septembre

1er | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 |
1915

janvier

5 |
Retour en haut
© Christian Julia   |   Mentions légales   |   Plan du site   |   Suivre la vie du site RSS 2.0   |   Contact