Puissant Marc
Accueil du site Documents Historique du 35e R.I.

Documents

Historique du 35e R.I.

Extrait de l’historique du 35e R.I. dans lequel Marc Puissant a combattu du 5 octobre 1915 au 24 février 1916, date à laquelle il est tué à la Côte de Talou pendant la Bataille de Verdun. La transcription a été corrigée par mes soins.

Marc Puissant arrive dans ce régiment le 5 octobre 1915. Il est nommé caporal le 9 octobre suivant.

[...] Le régiment passe encore les mois d’octobre et de novembre dans la région champenoise où il occupe un secteur sur le terrain conquis par lui. Relevé le 25 novembre, il va à l’arrière parfaire l’entraînement et l’instruction de ceux qui sont venus combler les vides.

1916 le trouvait donc composés d’hommes nouveaux mais galvanisés par l’énergie d’un chef de haute valeur le lieutenant-colonel Delaperche toujours prêt à l’attaque, ayant toujours au cœur la haine la plus profonde de l’ennemi. Il s’attendait à entrer en secteur en Argonne lorsque la menace formidable du barbare sur Verdun se précisa et se précipita. Le 18 Février, le lieutenant-colonel fait lire à ses unités l’ordre du régiment qui suit : « L’ennemi ayant amené aux abords de Verdun des renforts importants d’artillerie et d’infanterie, il peut se faire qu’il tente un effort sérieux contre les positions avancées du Camp retranché.

« Le 35e contribuera à le faire repentir de sa présomption. Le lieutenant-colonel est certain que les officiers, sous-officiers et soldats du régiment se montreront dignes de leurs devanciers, de leur drapeau ».

Le 24 Février les troupes de la défense se repliaient lentement sous les assauts répétés des masses allemandes précédées d’un bombardement terrifiant sur nos lignes. L’ennemi s’approchait de la ville il fallait à tout prix l’arrêter. Deux bataillons du 35e avec la C.H.R. mis à la disposition du 30e corps d’armée sont chargés d’arrêter la progression ennemie et de dégager la côte 344. L’ordre de contre-attaquer à midi parvient à 13 h. Il reste 3 kilomètres à parcourir sous un bombardement d’une violence extrême. Se tournant vers ses officiers : « Messieurs, dit le lieutenant-colonel Delaperche il n’y a pas une minute à perdre » puis il ordonne : « Laissez les sacs. Pas gymnastique, en avant ! » C’est à cette allure que le régiment, son chef en tête, aborde la côte du Talou, au moment où les boches dévalent les pentes sud de la côte 344 à un kilomètre à peine. C’est maintenant le combat en rase campagne des premiers jours de la guerre, le corps à corps va s’engager. Debout sur la crête, au milieu des balles qui sifflent et des obus qui retournent la terre autour de lui, le lieutenant-colonel Delaperche, calme comme à la parade, le monocle à l’œil, examine le terrain. Il juge le moment propice.

« Mes enfants, en avant ! A la baïonnette ! » C’est une charge folle qui déblaie le terrain. Enthousiasmés par la crâne attitude du chef, les hommes font prisonniers ou tuent une bonne partie des assaillants pendant que les autres s’enfuient dans leurs lignes. Mais le brave lieutenant-colonel ne devait pas jouir de ce beau succès.

Une balle tirée à peu de distance le couchait à jamais sur ce terrain que sa vaillance et sa hardiesse avaient contribué à reconquérir. C’est de cette contre-attaque que le général Chrétien, commandant le 30e C. A. écrivait, le 1er Avril : « C’est le 35e, dont les 1° et 2° bataillons dévalent de la côte du Talou, exécutant une vigoureuse contre-attaque, qui suscite l’admiration de toutes les troupes voisines et leur donne un salutaire réconfort d’héroïsme ». Cette lettre fut suivie d’une citation à l’armée.

« Les 1er et 2e bataillons du 35e R.I. entraînés par un chef plein d’allant, le lieutenant-colonel Delaperche, glorieusement tombé sur la première ligne, ont exécuté au pas de course, une contre-attaque énergique qui a bousculé une attaque allemande et lui a infligé des pertes sensibles en la rejetant sous le feu de notre 75. [...]

Marc Puissant meurt le 24 février 1916 dans la Côte du Talou, commune de Louvemont (aujourd’hui Louvemont-Côte-du-Poivre).
« Page précédente

Historique du 114e R.I.

Page suivante »

Acte de décès




modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

N'hésitez pas à laisser un commentaire !
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Retour en haut
© Christian Julia   |   Mentions légales   |   Plan du site   |   Suivre la vie du site RSS 2.0   |   Contact