Puissant Marc
Accueil du site Documents Inauguration de la Contentinière

Documents

Inauguration de la Contentinière

Le 1er mai 1910, le père de Marc, Alphonse, organise l’inauguration du « Château » de la Contentinière qu’il vient d’acquérir sur la route de Cognac à Javrezac. Un compte rendu est rédigé à l’issue de cette fête, un document qui révèle bien des secrets entre les lignes...

Quelques photos de la Contentinière

La Contentinière. De haut en bas : Alphonse Puissant, le père de Marc ; Fernand, son fils qui tient dans ses bras sa sœur Yvonne ; puis son autre fille Marie-Louise ( ma grand-mère), enfin Janine, la fille d’Yvonne qui enserre ma mère.

On peut voir à droite en blanc, une petite fille avec un chapeau qui n’est autre que ma mère. À gauche, Georgina, ma grand-mère Marie-Louise, Alphonse, Yvonne, ma mère et en bas, Janine, la fille d’Yvonne.

Le cadre bucolique de la Contentinière.

Inauguration de la Contentinière le 1er mai 1910

Le compte rendu de l’inauguration

Compte rendu d’inauguration de la Contentinière

L’an mil neuf cent dix, le premier mai, les soussignés : Puissant Alphonse, Monsieur Ernest, Simonet Gabriel, Culleu Louis, Puissant Roger, Fournier François, Puissant René, Garausaud Gaston, Pasquier Augustin, Lafourcade Auguste, Challoux Lucien, Faure Louis, Puissant Marc, Puissant Fernand dit Baudut, Madame Alphonse Puissant, et Madame Bonnin née Puissant, étaient réunis [1].

Les professions les plus diverses étaient représentés : la ferblanterie, la tonnellerie, la boucherie, l’électricité, l’épicerie, l’agriculture, la banque, la peinture, l’habillement et le bâtiment.

Unis dans un même sentiment de cordiale sympathie, ils ont dignement inauguré le domaine de la Contentinière, propriété de l’ami Alphonse Puissant.

Un tue-vers brin d’aillet, dont le menu peut être recommandé tout spécialement aux personnes dont l’estomac est délicat, a été servi dans la salle principale par Mesdames Bonnin et Puissant ; les convives qui s’étaient mis à la diète pendant 2 jours, y ont fait très largement honneur.

La politique fut complètement bannie, les conversations furent tellement choisies qu’un gendre aurait pu permettre à sa belle-mère de les entendre, vers la fin du repas surtout, quand ce petit picton de derrière les fagots avait délié les langues.

Après le champagne et le café-Cognac, les assistants ont cru qu’il serait très bien pour commémorer cette petite fête fraternelle, de demander à l’artiste Marc Puissant, le secours de son appareil photographique ; ce qui fut dit fut fait.

Et c’est ainsi que les descendants du châtelain Puissant, en lisant ces lignes et en contemplant ce groupe photographique pourront dire qu’en ce temps-là, on savait se comprendre et s’amuser.

En foi de ce qui précède, et pour servir d’exemples aux générations futures le présent procès-verbal a été dressé.

Bonheur, prospérité à la Contentinière, à Alphonse Puissant et à sa famille.

La Contentinière, le premier mai mil neuf cent dix.

Signatures.

Notes

[1] On notera que cette inauguration est surtout une affaire d’hommes !

Page suivante »

Recensements de Cognac




modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

N'hésitez pas à laisser un commentaire !
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Retour en haut
© Christian Julia   |   Mentions légales   |   Plan du site   |   Suivre la vie du site RSS 2.0   |   Contact